Cinéma : La vie de Charles Kaboré en 52 mn

Advertisement

La vie du footballeur burkinabè Charles Kaboré en 52 minutes ; c’est le film que vient de réaliser le journaliste Jérémie Nion des éditions Sidwaya. La projection en avant-première de ce documentaire «Le capitaine Charles Kaboré, de la rue à la gloire» a eu lieu le lundi 4 janvier 2016 au CENASA.

Le journalisme est le métier qui mène à tout, a-t-on coutume de dire. Pourvu que l’on s’en sorte. Jérémie Nion des éditions Sidwaya a plus d’une corde à son arc. Après la plume, il vient de se trouver un nouveau talent, celui de réalisateur de cinéma. L’on se rappelle que son dernier chef-d’œuvre dans ce domaine était un film sur la vie sportive de l’ancien président Blaise Compaoré. Aujourd’hui, c’est une autre histoire qu’il raconte : la vie de Charles Kaboré.

Dans ce documentaire de 52 mn, le réalisateur retrace la vie du gamin Charles Kaboré depuis ses périodes difficiles, jusqu’à son éclosion comme footballeur professionnel. L’on s’y rend compte que tout n’a pas été rose pour petit Charly. En effet, il a été arraché à l’affection de sa mère à l’âge de 3 ans et ne la rencontrera que 20 ans plutard, alors que son papa est décédé 18 ans plus tôt. Abandonné à lui-même déjà à l’âge de 5 ans, il est recruté dans le centre de football de Daouda Sanou Famozo. La suite, on la connait. De l’AS Sonabel à Krasnodar en Russie, en passant par Libourne et Marseille, sa carrière de footballeur a connu une ascension, alors de gamin de Bobo ne rêvait même pas de traverser l’aéroport de Ouaga.  «Ce film me fait rappeler beaucoup de chose de mon enfance. C’est avec beaucoup de plaisir que j’ai regardé mon histoire. Je suis heureux de l’œuvre produite. J’y ai contribué, le réalisateur Jérémie Nion aussi. Ce n’était pas facile, mais il a pu avoir toutes les images qu’il souhaitait. Pour résumer ce film, je peux juste dire qu’on peut naître dans la pauvreté, mais ne pas mourir dans la pauvreté. Vouloir tout donner pour réussir et réaliser ses ambitions, pour moi c’était inespéré de vivre la vie que je mène aujourd’hui. Je la vis pleinement et j’espère que beaucoup d’autres footballeurs, jeunes, auront une vie meilleure que moi.

Pour le réalisateur Nion, l’idée du film a germé dans sa tête pour la première fois, lorsqu’il a participé à la première rencontre entre Charles et sa mère. «Charles Kaboré s’est battu et il a plus que réussi car il est aujourd’hui un modèle. Et c’est ce qui est important. Il a souligné que les moyens n’ont pas été faciles à mobiliser car depuis 2011 que le film est en projet, c’est en 2016, qu’il est achevé. Mais tout compte fait, l’essentiel est que le produit fini soit projeté sur les écrans de télé. C’est d’ailleurs la prochaine bataille de Nion. Et après, il ira promener sa caméra sur d’autres joueurs, avec d’autres histoires.

Publicité