Kouakou Koffi à l’ASEC d’Abidjan : Une inquiétude pour le Burkina

Advertisement

Le portier des Étalons espoirs et sociétaire du Racing club de Bobo, Kouakou Hervé Koffi évoluera cette saison chez les jaune et noir de l’ASEC d’Abidjan. Jouissant de la double nationalité ivoiro-burkinabè, le gamin s’est-il rapproché de la sélection ivoirienne ?

Le jeune portier des Étalons espoirs, Kouakou Hervé Koffi récolte les fruits de son bon comportement lors de la saison écoulée et surtout lors de sa prestation avec les Étalons espoirs lors des 11ex jeux africains à Brazzaville. Il y est d’ailleurs retourné avec la médaille d’argent. Le jouer vient de s’engager avec le club jaune et noir de la Côte d’Ivoire, l’ASEC d’Abidjan. Né le 16 octobre 1996 à Bobo-Dioulasso, le jeune portier a été formé au Centre de formation Rahimo FC et avait été prêté au Racing Club de Bobo-Dioulasso (champion 2015), avant de rejoindre l’ASEC Mimosas, cette saison.

Lors de la double confrontation Burkina Faso – Benin, comptant pour les Éliminatoires du mondial 2018, il avait été appelé par le sélectionneur national Gernot Rohr. Du coup, l’on se disait que le Burkina allait le faire jouer et le fermer à toute autre sélection une bonne fois pour toute, quand on sait qu’il jouit de la double nationalité ivoiro-burkinabè. Que nenni. Il a dû suivre la prestation des Étalons sur le banc de touche. Dès lors, l’éventualité pour lui d’évoluer sous les couleurs de la Côte d’Ivoire n’est pas écarté. Eh oui, le staff technique des Étalons n’y a certainement pas pensé. Pourtant, vu l’empressement avec lequel il a été rappelé pour rejoindre le groupe Étalons, alors qu’il était à Abidjan pour parapher son contrat avec les Mimos de l’ASEC, on pensait que le Burkina avait vite compris que le portier était susceptible de donner son accord à la sélection ivoirienne.

Mieux, l’on sait depuis un bout de temps que les clubs ivoiriens ont pris la résolution de ne plus enrôler de gardiens étrangers. Et c’est là que le Burkina doit s’inquiéter. Koffi Hervé a-t-il été recruté comme un ivoirien ou comme un étranger ? La première possibilité est la plus plausible. Si tel est le cas, tout reste à croire que la sélection ivoirienne lui tend les bras. Et l’on ne serait pas étonné de le voir dans le groupe Éléphants très prochainement. Là ce sera de la faute de l’encadrement des Étalons. En tout cas, le papa du joueur, Hyacinthe Koffi n’est pas fermé à un pays. Le plus disant ou le premier à se manifester aura sans doute raison.

Publicité